CHAPITRE 1 : LE RAPPORT AU PHYSIQUE





Le Corps - Partie 3/3



- La gestion des limites. Les deux précédents points concernent essentiellement l’art de garder un corps en équilibre. Ils sont capitaux, mais pas suffisants à la construction d’une vie épanouissante. Aucune évolution et aucun mouvement, y compris celui de la croissance, ne peut être vécu sans déséquilibre. Et c’est ici qu’interviennent la notion de limite et l’apprentissage lié à leur dépassement.

Ceci étant posé, avant d’en arriver là il est fondamental de savoir évaluer où se situent ces frontières, dans quels espaces et sous quelles conditions. Il est bien plus important d’avoir une vue d’ensemble, holistique, de nos restrictions, que de se focaliser sur ce que l’on juge être notre point fort ou notre point faible.

En essence, le corps constitue la base de notre vie, et il est primordial de le respecter ainsi. Or une fondation, quelle qu’elle soit, se doit d’être avant tout nivelée, harmonieuse et solide sur tous les aspects, quel que soit ce qu’elle soutienne. Ici encore plus qu’ailleurs, votre corps est aussi fort que votre point faible.

Savoir reconnaître une faiblesse, ne serait-ce qu’à travers l’inconfort que l’idée de le travailler provoque en soi, est une étape inévitable à toute progression. Il est inutile de faire gonfler son muscle si c’est pour se retrouver incapable de se gratter la tête, ou être obligé de tripler la quantité de nourriture ingérée quotidiennement. Cela reviendrait à mettre le corps dans une position de déséquilibre permanent, et dépenser une somme énergétique colossale pour l’y maintenir.

L’art et la manière d’aborder ses limites et de les dépasser se résument avant toute chose à reconnaître leurs rôles naturels, au-delà des croyances et de l’éducation sociétale. Il n’y a qu’à cette condition que l’on peut faire grandir ce qui a une raison d’être, au lieu d’enfler une illusion qui va simplement accentuer notre difficulté à avancer. Mais comment revenir au naturel ?

Il suffit de regarder les choses objectivement. Par exemple en se renseignant sur le fonctionnement des articulations, des muscles, des glandes, la composition des organes sexuels, les possibilités offertes par chaque partie du corps et ainsi de suite. Le cerveau possède deux hémisphères qui sont censés travailler en harmonie, donc si vous avez tendance à faire appel à une partie plutôt qu’à l’ensemble, des exercices d’équilibrage à ce niveau seront sans doute bienvenus. Votre corps n’est pas supposé stocker de la graisse inutilement, peut-être que votre alimentation n’est pas adaptée, que votre niveau d’activité non plus. Votre corps ne vise qu'à n’émettre que des informations servant à appuyer le message que vous souhaitez transmettre, si vous avez la sensation que certaines de vos interactions ne se déroulent pas pour votre meilleur intérêt, vous avez probablement un effort d’attention à porter à ce niveau-là.

Bien entendu il est impossible de citer toutes les options, ni même tous les espaces qui pourraient demander un investissement de votre part. Concrètement, y compris dans le cas où tous les plans de votre vie se révélaient relativement harmonisés, la prochaine étape serait de renforcer une de ces parties et recommencer le cycle. Il s’agit évidemment d’un processus sans fin, mais c’est bien là l’essence de la maîtrise, quel qu’en soit le domaine.

Si je devais choisir une phrase pour résumer ce qu’il est fondamental de comprendre sur la meilleure façon de traiter son corps, ce serait celle-ci : le corps est votre temple, considérez-le comme sacré, interagissez avec lui avec autant d’attention et d’Amour que si vous déposiez une offrande sur un autel et assurez-vous que sa présence inspire tous ceux autour de lui.